Saison 24 à 26

Septième incarnation du Docteur

À la suite de sa rencontre avec l'acteur Ken Campbell, Percy Kent-Smith devient membre d'une troupe de théâtre expérimental nommée « The Ken Campbell Roadshow » et il campe plusieurs personnage, dont celui de « Sylveste McCoy » un cascadeur fictif dont les cascades consistent à se mettre une fourchette dans le nez ou à mettre le feu à sa tête. Le nom, trouvé par l'acteur Brian Murphy, donne lieu à une pièce de théâtre intitulée An Evening with Sylveste McCoy et dans laquelle, pour la blague, on fait croire que « Sylveste McCoy » est joué par « Sylveste McCoy ». Percy Kent-Smith adopte finalement ce nom en tant que nom de scène mais ajoute un « r » au prénom « Sylveste » car une superstition dit qu'avoir un nom de scène de treize lettres porte malheur.

Il se tourne vers la télévision et enchaîne les petits rôles dans des séries comme Vision On, Jigsaw, Tiswas. Il est une victime des inventions de Wilf Lunn dans Eureka et assiste StarStrider dans la série du même nom. Il effectue aussi un one man show où il imite tour à tour Stan Laurel et Buster Keaton. En 1979 il joue un petit rôle dans le film Dracula et chante à l'Opéra national du pays de Galles. En 1985 il joue le rôle d'Henry Robertson Bowers dans un téléfilm sur l'Expédition Terra Nova et intitulé The Last Place on Earth.

Doctor Who

En 1987, Sylvester McCoy devient le septième acteur à incarner le Docteur dans la série de science-fiction Doctor Who succédant à Colin Baker. Celui-ci ayant refusé de filmer la scène de régénération, c'est McCoy qui joue son rôle brièvement en portant une perruque. Il reste durant trois saisons jusqu'à l'épisode de 1989 « Survival » à partir duquel la BBC ne renouvèle pas la série. Il tient aussi le rôle dans l'épisode spécial de 1993 « Dimensions in Time » et accepte de passer le flambeau en apparaissant au début du téléfilm Le Seigneur du Temps où Paul McGann devient le huitième Docteur.

Durant les trois années où il incarne le Docteur, son rôle change : d'abord sur le ton du clown et de la comédie, le personnage devient de plus en plus noir et manipulateur sous l'influence du "script-éditor" Andrew Cartmel. Le septième Docteur semble agir comme un joueur d'échec qui utilise les personnes comme des pions au sein d'un plan complexe. De plus, il est le seul à avoir un accent écossais, McCoy accentuant le roulage des "r" de son personnage. En 1990 après l'arrêt de la série, le septième Docteur sera cette année là voté comme étant le meilleur Docteur selon les lecteur du Doctor Who Magazine.

Toujours attaché au personnage du Docteur, McCoy le rejoue dans les années 2000 dans des pièces audiophoniques pour la compagnie "Big Finish." En novembre 2013 avec Colin Baker et Peter Davison il joue dans un court-métrage parodique nommé The Five(ish) Doctors Reboot.

Episode 1 –Time and the Rani
Episode 2 –Paradise Towers
Episode 3 –Delta and the Bannermen
Episode 4 –Dragonfire

Episode 1 –Battlefield
Episode 2 –Ghost Light
Episode 3 –The Curse of Fenric
Episode 4 –Survival